Skip to content Skip to left sidebar Skip to right sidebar Skip to footer

Author: admin

Les Cascades du Mfoundi

La ville de Yaoundé s’est dotée en 2014, d’un nouveau site d’attractions: Les cascades du Mfoundi.

Les CASCADES DU MFOUNDI, inaugurées le 21 juillet 2014, sont l’un des premiers cadres de détente créé par la Communauté Urbaine de Yaoundé (C.U.Y.). Les Cascades du Mfoundi ont une singularité par rapport aux autres lieux de loisirs de la C.U.Y. :  leur position géographique : le prolongement du Boulevard du 20 mai, si symbolique au Cameroun. Sur le plan stratégique, on ne pouvait guère rêver mieux.
La Communauté Urbaine  a voulu doter sa ville d’un site de loisirs  où le visiteur a des choix variés de détente :

  • un parc d’attractions avec des balançoires pour les plus jeunes,
  • de magnifiques chutes qui vous font oublier que vous êtes à Yaoundé.

L’entrée coûte 100 FCFA reversés à la C.U.Y. pour l’entretien du parc  qui est ouvert tous les jours dès 7h30.

Le Restaurant est ouvert de 8h à 22h de lundi à Dimanche, et offre des menus variés, et a la portée de tous (prix  allant de 1 000f pour les « sandwiches », des plats à emporter de 3 000f et 5 000f composés d’une entrée, d’un plat de résistance et d’un dessert).

Sur place, du Lundi au Samedi, le prix des menus est de 7 000F. Le Vendredi est un jour « spécial  grillades ». Le Samedi, vous avez un buffet où les mets camerounais  sont à l’honneur : Mboam-Kpem, ndomba de silures, foasses, queues de bœufs, etc. ; ce qui n’exclut pas les menus Européens.

Le menu du Dimanche coûte 9 000FCFA et est composé d’une grande variété de mets africains et d’ailleurs. A l’entrée, un coin shopping vous permet d’acheter des objets d’art et autres vêtements pour vos cadeaux. Nous trouvons enfin une grande salle de fêtes d’une capacité de 500 places assises, dont la location est de 500 000FCFA/jour.

Projet de restauration et de réhabilitation des formations forestières de l’aire métropolitaine (Grand Yaoundé) et aménagement du futur jardin zoo botanique des monts Messa à Yaoundé

Contexte et justification du projet

Des dispositions légales ont été prises dans le cadre du classement des forêts au profit des communautés au titre des forêts communautaires et communales.

La loi forestière de 1994, a prescrit aux Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) « de respecter, dans les villes, un taux de boisement d’au moins égal à 800 m² d’espaces boisés pour 1.000 habitants ».

La restauration  de0s  zones dégradées, inondables et  marécageuses de la  ville de Yaoundé sur environs 40ha se fera par la plantation des  essences suivantes : Eucalyptus spp,Wenge,Andok,Framiré,Ayous,Acacia,Neem,Bibolo,Movingui,Dibetou,Niové,Terminalia caltappa,Bété,Lotofa,Acajou, Azobé Fraké,Tilipier du Gabon et fruitières (Irvingia  gabonensis,Ricindendron heudelotii,Casmangues, Kola edulis Acuminata,Garcinia Cola.

Cette vision verte de l’aménagement urbain cadre également avec les orientations du schéma  stratégique national d’aménagement du territoire qui prévoit le maintien d’un terroir forestier représentatif de l’ensemble des écosystèmes forestiers et de leur rôle. 

La zone du projet se situe dans la région du centre, partie méridionale du Cameroun et dans la bordure Nord-Ouest de la capitale Yaoundé pour les monts Messa et dans un rayon moyen de 50km qui intègre les villes périphériques (Okola, Soa, Nkolafamba, Mbalmayo, Mbankomo, Elig-Mfomo, Obala, Mfou, Dzeng, Lobo).

Objectif global

 L’objectif général est La restauration et la réhabilitation des zones dégradées ainsi que leur mise en valeur économique et eco-touristique.   Cet objectif cadre avec  le souci constant de la Communauté urbaine de matérialiser les orientations stratégiques du plan de développement urbain en matière de gestion durable des ressources forestières ligneuses ,d’aménagement, d’embellissement et d’attraction de la ville de Yaoundé et son aire métropolitaine(périphérie) pour tout visiteur (touristes, écotouristes, scientifiques, chercheurs, conférenciers, citadins ,populations des villes environnantes : surtout les jeunes, les femmes et les adultes accompagnateurs) en moyenne 10 000 mille par an.

Objectifs spécifiques

  1. L’aménagement de six forêts urbaines (100 ha) par la réhabilitation des formations forestiers dégradés de son l’aire métropolitaine;
  2. les reboisements des hauteurs des Mont Nkolnyada (Palais des congrès) sur 20 ha,  des Monts Messa et autres hauts reliefs de la ville de Yaoundé dont ses sept collines ;
  3. la colonisation des bas-fonds  marécageux (Zones Tampons) de la ville de Yaoundé en vue d’un assainissement et une réduction de l’occupation anarchique par la mise en place des aire d’attraction pour les populations en vue d’une extension progressive dans les différents arrondissements de la ville de Yaoundé ;
  4. la création et l’aménagement du futur jardin Zoo botanique (202 ha)  aux normes et standards internationaux dans la ville de Yaoundé sur les hauteurs et terrain attenants des Monts MESSA. Cet espace sera   un haut lieu d’attraction touristique et de divertissement qui viendra accroitre significativement le parc infrastructurel  écotouristique déjà existant et qui comprend entre autres  les CASCADES DU MFOUNDI,du Bois Saint Anastasie et des six forêts Urbaines (situées à Nkolbisson,Oyom Abang,Enam,DGRE,Rond-Point Bastos, Nouvelle Route Bastos;
  5. la visites des expériences et la matérialisation des parcs ,jardins ,zoos et bois réalisés dans d’autres contrées en vue d’une adaptation à notre contexte local(France : Villars les Dombes dans la Région de Rhône Alpes Auvergne ,Le Zoo de Vincennes à Paris et le Bois de Vincennes ;Allemagne ;Etats Unis :Central Park, Zoo de San Diego,Kenya,Afrique du Sud :Kruger Park, etc…).

Activités réalisées et à réaliser par les partenaires du projet et la CUY

  1. Aménager le jardin zoo botanique;
  2. Réaliser les infrastructures routières et d’accueil des visiteurs, des animaux et des gestionnaires ainsi des espaces verts paysagers, les aires d’attraction, les plans d’eau, les VRD et les voies d’accès au site, les  hôtels de luxe  autour et dans le futur Jardin Zoo Botanique des Monts MESSA ;
  3. Reboiser les hauts reliefs, les terrains attenants et les fonds de vallées mitoyens aux marécages de la ville de Yaoundé sur environs 100 ha en moyenne au bout de trois ans financé par l’OIBT(Organisation Internationale des bois Tropicaux au Japon) ;
  4. Réaliser un plan de zonage et la cartographie des Monts MESSA,Mbankolo et Fébé en vue de la matérialisation des aménagements spécifiques au Zoo et à l’éco tourisme dont la DUP est  ;
  5. La construction des structures administratives et d’accueil des animaux et des visiteurs ;
  6. Réaliser l’étude d’impact environnemental des hauts reliefs et terrains attenants.
  7. Evaluer les indemnisations et les expropriations via  la Commission Départementale de Constat et d’Evaluation dans le cadre des travaux de création  des zones vertes sur les terrains attenants aux collines et hauts reliefs sis à Yaoundé  dans  le Département du Mfoundi (Commission créée par Arrêté Préfectoral N 00001359/AR/J06/BASC DU 12 Novembre 2013 dont les premières descentes sont imminentes;
  8. Effectuer des voyages d’études et d’échanges d’expériences en vue de la transposition et une adaptation des aménagements des parcs et zoos (le Parc de Villars les Dombes en région Rhône Alpes ,le Zoo de Vincennes à Paris, Le Parc Safari de San Diego au ETATS UNIS, en Allemagne, en Afrique du Sud, au Kenya et en Indonésie, etc…) ;
  9. Mettre en place des partenariats en vue de solliciter des financements et l’expertise technique (Experts, Zoologues, Paysagistes, Architectes, Ingénieurs de conception, Entreprises de construction en bois, associations des animaux) pour l’aménagement du Futur Jardin Zoo Botanique en vue d’assister la Communauté Urbaine de Yaoundé à réaliser ce projet phare ).

Résultats attendus

  1. Aménagement  effectif d’un jardin zoo botanique sur les monts Messa et les terrains attenants ;
  2. Au moins 5000 emplois  (pépiniéristes, hôteliers, zootechniciens, vétérinaires, ingénieurs de conception, techniciens des forêts et d’agricultures, paysagistes, encadreurs des parcs, guichetiers, régisseurs, cartograpahes , techniciens en bâtiments, etc…) créés autour du projet des Monts MESSA
  3. Aménagements des voies d’accès au zoo et  quartiers environnants
  4. Réduction des constructions anarchiques sur les terrains attenants aux hauts reliefs
  5. Relocalisation  des populations  locales
  6. Recasement des populations allogènes sur des réserves foncières acquises
  7. Amélioration du couvert vert végétal et forestier des hauts reliefs de la ville de Yaoundé
  8. Aménagements des aires d’attraction ayant des retombées financières pour la CUY (aires de jeux, parcs, attractions visuelle des animaux, ballades payantes au sein du zoo, visite de Yaoundé et ses cascades, du palais des  Congrès et sa forêt aménagée ;
  9. Retombées en termes d’attraction majeure à l’étranger par la venue des touristes, chercheurs, des écologistes, des touristes et écotouristes et des populations environnantes de l’Aire métropolitaine et les grandes  villes du Cameroun

COÛT TOTAL ESTIMATIF DU PROJET DES MONTS MESSA 

  • 450 millions de Francs (Etudes de Faisabilité, APS, APD) disponibles et mis à disposition après appel d’offre international restreint, contrat signé avec RAINBOW ENVIRONMENT  CONSULT
  •  80 milliards environs : Réalisation du Projet et Exécution sur le terrain ; Aménagement des Infrastructures, etc….)
  • Apport des partenaires au développement sollicités : 60 milliards (COMIFAC, Coopération Allemande, Coopération Française, coopération Japonaise, Coopération Britannique, Fonds Mondial pour l’Environnement(FEM), PNUD, etc.
  • Apport de la CUY : 500(cinq cent millions) de francs CFA pour les études sont déjà disponibles ;
  • Reboisements en régie pour 200 (cinquante) millions de francs CFA effectués et en cours dans les  zones de bas-fonds, les Hauts Reliefs et les terrains attenants.

DÉMARRAGE EFFECTIF DU PROJET DES MONTS MESSA 

Courant 2017 après finalisation des études réalisées par le Cabinet RAINBOW ENVIRONMENT  CONSULT.

Yaoundé – Cœur de Ville (Programme C2D)

Dans le cadre de la mise en œuvre du 3ème Contrat de Désendettement et de Développement (C2D), les parties camerounaises et françaises se sont accordées pour qu’une enveloppe de 66,5 M€ soit 43.6 Milliards de FCFA (Toutes Taxes Comprises et hors coûts d’études préparatoires) soit dédiée au financement d’un projet d’infrastructure à caractère emblématique dans la Ville de Yaoundé.

Après concertation entre le Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain (MINHDU) et la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY), il a été convenu de proposer au financement du C2D un ensemble d’actions visant à améliorer de façon concrète et visible les conditions de circulation et de mobilité dans la ville de Yaoundé, notamment autour du centre administratif, et ce en ligne avec les objectifs du nouveau Plan de Mobilité Urbaine Soutenable dont la Communauté Urbaine est en train de se doter. Ce programme est dénommé Yaoundé Cœur de Ville.

Ce programme comprend par ordre de priorité :

1.      l’aménagement du carrefour Elig-Edzoa et de ses abords ;

2.       l’aménagement de la Place Élig-Effa et de ses abords, y compris la réhabilitation de la gare routière ;

3.       la transformation de la zone du carrefour Mvan et de ses abords en pôle d’échange multi-modal ;

4.       Des actions à impact rapide (Quicks Wins), identifiées dans le cadre de l’élaboration du Plan de Mobilité Urbaine Soutenable (PMUS) de la ville de Yaoundé et incluant notamment :

l’amélioration des accès aux Monts Messa et leur aménagement en espace de loisir ;

la reconfiguration légère de plusieurs carrefours ;

l’aménagement de cheminements piétons en centre-ville ;

des actions de communication et de sensibilisation ;

le renforcement des capacités de la CUY dans l’opérationnalisation et la mise en œuvre du PMUS.

Le programme sera structuré en deux composantes : une composante infrastructurelle (aménagements des 3 zones identifiées) et une composante actions à impact rapide.

L’appel d’offres pour les études préalables de faisabilité est en cours de lancement. Ces études ont pour objectifs : i) de réaliser les études complètes des aménagements structurants et des actions à impact rapide infrastructurelles et ii) d’assister la CUY dans l’opérationnalisation du PMUS.

Les travaux pourront démarrer dans 24 mois, soit au premier trimestre 2021.

Structuration de la filière de Gestion des Boues de Vidange GBV

La Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY), capitale du Cameroun, compte environ 3 millions d’habitants. L’assainissement y est essentiellement autonome et les services de vidange, assurés par le secteur privé, sont rendus difficiles par la vétusté des camions et l’absence de site de traitement. Les boues de vidange sont ainsi déversées sans traitement, à l’extérieur de la ville ou dans les « bas fonds », zones populaires inondables. Les habitants de Yaoundé et tout particulièrement des quartiers populaires, font ainsi face à un risque sanitaire significatif.
Depuis plusieurs années, la CUY, avec le concours du gouvernement, a entrepris des investissements conséquents dans l’assainissement urbain. Elle rejoint en décembre 2017 l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville (ISSV), devenant la première ville pilote du volet Gestion des Boues de Vidanges (GBV), pour initier et mettre en œuvre une stratégie spécifique à ce secteur.

2018-2020 – 38 mois
2.5 Milliards FCFA de budget
3 000 000 habitants, couverts par une filière de vidange organisée
200 à 300 m3 de boues traitées quotidiennement.

L’autorité locale, pilote de la structuration de la filière

La CUY assure la maitrise d’ouvrage à travers ses services techniques, et avec l’appui d’un bureau d’études transversal, Delvic-Era_Cameroun. Son appui vient apporter des éclairages sur la situation actuelle du secteur, la planification stratégique et le dialogue avec les vidangeurs, parties prenantes de la démarche. L’objectif est de mieux encadrer la filière par la règlementation, de faciliter l’implication des entreprises de vidange par un système de licences, et de développer des outils de monitoring et planification pour le pilotage municipal. En parallèle, la municipalité sera appuyée dans sa gestion des contrats d’exploitation des toilettes publiques, introduisant des innovations pour améliorer la rentabilité et assurer la prise en charge des vidanges.

La CUY s’est entourée de nombreux partenaires et coordonne leur intervention sur son territoire.


Maîtrise d’ouvrage : CUY
Assistance à maîtrise d’ouvrage et financière : Association Internationale des Maires Francophones (AIMF)
Partenaires techniques et financiers : Fondation Bill & Melinda Gates, Syndicat Interdépartementale pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP), Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN), Agence Française de Développement (AFD) à travers la Deuxième phase du Projet d’Assainissement de Yaoundé (PADY 2)

Objectifs du projet
Outiller la CUY pour le déploiement d’une stratégie municipale de GBV réaliste, concrète et évolutive
Mettre en œuvre la première station de traitement des boues de vidange de la ville et pérenniser son fonctionnement
Améliorer les performances des entreprises de vidange
Mettre en œuvre et en exploitation des toilettes publiques innovantes, comme pilote pour le maillon accès aux toilettes

Les apports institutionnels, techniques et financiers des différentes parties prenantes sont une garantie d’efficacité et de durabilité des actions.

Contacts
Communauté urbaine de Yaoundé, M. Arnauld Philippe Ndzana, arnauldndzana@yahoo.fr Mme KAYAP Sandrine kayapsandra@yahoo.fr AIMF, Mme Arianna ARDESI, a.ardesi@aimf.asso.fr

Follow by Email
YouTube
Instagram