Skip to content Skip to left sidebar Skip to right sidebar Skip to footer

Projets et réalisations

Lutte contre l’insalubrité : le Maire de la ville remet 35 000 sacs poubelle aux chefs traditionnels de Yaoundé

Le maire de la ville de Yaoundé a remis 35 000 sacs poubelle aux présidents des associations des chefs traditionnels des sept arrondissements de Yaoundé, à raison de 5000 sacs par association, le 13 juillet 2022 à l’esplanade de l’Hôtel de ville. Luc MESSI ATANGANA a tenu à préciser qu’il s’agit juste d’une contribution de la Communauté urbaine de Yaoundé en faveur de ces arrondissements à travers les chefs traditionnels chargés de l’encadrement des populations.
Un geste salué par l’association des chefs traditionnels du Mfoundi. « Nous sommes très ravis et satisfaits de la réaction du maire de la ville qui nous donne l’occasion de participer à la lutte acharnée qu’il mène contre le désordre urbain et l’insalubrité dans la ville de Yaoundé. Je crois que ces sacs vont au moins aider les populations disciplinées afin que la collecte des ordures se passe bien. Vous voyez que Yaoundé est devenue à un moment donné un dépotoir d’ordures. Il est question, au-delà des chefs traditionnels, que les populations elles-mêmes qui sont productrices de ces ordures sachent comment bien les gérer. Car au-delà de leur hygiène il en va aussi de leur santé », réagit Sa majesté Firmin Jean Benoît ETUNDI ATANGANA, trésorier régional des chefs traditionnels du Centre.
« Les ordures ménagères sont produites par chaque ménage, et celui-ci a l’obligation de gérer ces ordures dès leur production jusqu’à l’endroit où elles doivent être déposées. En ville, ces endroits sont soit les points de ramassage par les camions, soit alors les bacs à ordures », insiste le premier magistrat de la capitale.
« Globalement, nous savons que dès que le sac est rempli, on le met à la disposition du service de ramassage qui le conduit vers le lieu qui convient. Les sacs ne sont pas la propriété des chefs, ils vont les repartir au sein de la population en expliquant le mode d’emploi, certainement aussi en indiquant les heures de passage du tricycle », souligne Sa majesté Pius ABANDA, président des chefs traditionnels du Mfoundi.
La remise de ces 35 000 sacs poubelle constitue la réponse du maire de la ville à une doléance formulée par les chefs traditionnels au cours de la réunion de concertation et de sensibilisation organisée sous sa férule le 20 avril 2022 au Cercle municipal. Cette rencontre dédiée à la lutte contre l’insalubrité dans la capitale avait connu la participation d’une centaine de représentants de l’autorité traditionnelle. A cette occasion, Luc MESSI ATANGANA avait remis un tricycle, une trousse de pièces de rechange et une dotation en carburant d’une valeur de 300 000 FCFA à chacune des sept associations des chefs traditionnels du Mfoundi.
En dotant les associations de chefs de traditionnels de tricycles et de sacs poubelle, la Communauté urbaine de Yaoundé entend faciliter la pré-collecte des ordures ménagères dans les quartiers difficilement accessibles aux camions d’Hysacam. Dans cette optique, le maire de la ville exhorte les autorités traditionnelles à multiplier les actions de sensibilisation des populations sur l’importance de l’utilisation de ces emballages et sur leur responsabilité dans la gestion des ordures ménagères.
Celcom-RP

Yaounde City Mayor launches Carrefour Ekounou – Carrefour Nkomo road rehabilitation works

Rehabilitation works on the Carrefour Ekounou – Carrefour Nkomo road in the Yaoundé IV municipality have kicked off. The works were launched on June 14, 2022 by the Mayor of the Yaoundé City Council, MESSI ATANGANA Luc. Present at the ceremony were administrative and traditional authorities in the Yaoundé IV municipality, as well as the local population.
Speaking at the ceremony, Mayor MESSI ATANGANA Luc revealed the project costs the sum of 1 billion, 246 million FCFA, “financed by the Yaoundé City Council alone.” The said stretch of road spans 1.3KM with works meant to last six months.
“To make sure the work takes place without any delays, I ask that the population of this zone in general and those by the riverside and those by the roadside in particular to liberate the work path,” Mayor Luc Messi Atangana pressed. He added that circulation will also be greatly limited on the stretch, with commercial motorbikes and taxis having to use alternative routes. The project has been endeared to the China Road and Bridge Corporation, CRBC.
The Mayor of the Yaoundé IV municipality, Gabrielle BIHINA EFFILA expressed his gratitude and that of the population. The rehabilitation of the road by the City Council, he noted, will go a long way to improve on the living conditions of residents of the area and Yaoundé in general.
The said stretch is one of multiple projects being executed by the Yaoundé City Council in the municipality in particular and in Mfoundi in general.
Giyo Ndzi

Yaoundé City Council issues final warning to deviant motorcyclists

“From tomorrow June 8th, all commercial motorbikes found in restricted zones will be impounded,” Luc Messi Atangana, Mayor of the Yaoundé City Council has announced.
He and the Senior Divisional Officer of Mfoundi, Emmanuel Mariel Djikdent have given a final warning to instigators of chaos in the motorbike sector.
The officials met June 7th, 2022 with leaders of commercial motorbike syndicates from all sub divisions of Mfoundi, as well as heads of security units, officials from the ministry of transport, and representatives from all seven municipal councils that make up the capital city.
It was established that in accordance with the law regulating the sector [Decree No. 2008/344/PM of 31 December 2008], the Yaoundé City Council, remains in charge of ensuring order in the nation’s capital. Henceforth, defaulters, of laid down limits of circulation and instigators of chaos and incivility, will face the force of the law:
The decision comes after multiple measures to sensitise the commercial motorbike riders, and have them respect the law. “We have again made a call for cooperation, for them to respect laid down texts restricting circulation from certain zones, for respect of the Highway Code and that they should restrain from uncivil acts,” the Mayor noted.
In the same light, the Mfoundi SDO, Emmanuel Mariel Djikdent reiterated the warning, adding that sensitisation will now go hand in hand with repressive measures against defaulters. His words: “We have seen that for a long time now urban disorder has resumed. Today we called on every stakeholder to sensitise them. We don’t need to see commercial motorbikes in some parts of town. We call on them to respect what the law says.”
CELCOM-RP

Schizophrénie : la Communauté urbaine de Yaoundé retire plus de 300 malades de la voie publique

Des équipes de la direction du Bon ordre urbain de la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY), appuyées par une équipe de spécialistes de la santé mentale du ministère de la Santé publique (Minsanté), ont extirpé 30 personnes atteintes de la maladie mentale en errance (PAMMES) dans les rues de la capitale le 4 juin 2022.
Ces équipes ont sillonné les arrondissements de Yaoundé 1er, III, IV, VI et VII pendant plus de quatre heures d’horloge. Cette 5ème phase de retrait des PAMMES s’inscrit dans le cadre de l’opération baptisée « Zéro malade mental dans les rues de Yaoundé » lancée en mai 2021 par la CUY dans la croisade du maire de la ville, Luc MESSI ATANGANA, contre le désordre urbain.
« Partis de 89 personnes atteintes de maladie mentale en errance déguerpies lors de la première descente dans les rues de Yaoundé, nous sommes à ce jour à une trentaine. C’est un signe qu’on se rapproche petit à petit de notre objectif qui est la prise en charge totale de ces personnes afin qu’on ne puisse plus les voir errer partout », se rassure Dr Laure MENGUENE, responsable de l’équipe de prise en charge et sous-directeur de la santé mentale au Minsanté.
Elle poursuit : « A ce jour, plus de 321 malades ont été extirpés de la rue et transférés à l’hôpital Jamot de Yaoundé. Certains d’entre eux ont retrouvé la cellule familiale. Nous les prenons en charge ici au « Village de l’amour », mais la même prise en charge continue à domicile ».
En effet, les malades stabilisés ou guéris qui retournent dans leurs familles continuent d’être suivis pour une prise en charge ou afin de s’assurer qu’ils n’ont pas rechuté. Pour ce faire, les familles disposent du numéro vert 1510 pour recevoir des informations utiles.
« C’est financièrement lourd pour la Communauté urbaine de Yaoundé qui a réfectionné le bâtiment qui accueille le « Village de l’amour » de l’hôpital Jamot de Yaoundé, de la clôture en passant par les dortoirs, les toilettes, les cuisines jusqu’au matériel de couchage. C’est également elle qui prend en charge leur nutrition, leur hébergement et leur traitement. Même si, de temps en temps, il y a une âme de bonne volonté qui vient offrir des dons », souligne Denise NGONO METOMO, directrice des Affaires sociales, culturelles et sportives à la CUY.
« C’est une activité salvatrice non seulement pour les familles dont la situation du membre malade était préoccupante, mais également pour les patients qui non seulement recouvrent la santé mais sont réintégrés en familles. Des familles sont soulagées, contentes, satisfaites et souhaitent que cette activité soit pérenne. Nous aussi sommes satisfaits de voir nos amis de la rue retrouver leur dignité, leur santé. C’est très motivant. Bref nous pensons que cette activité de la CUY doit être soutenue, mais aussi s’étendre dans toutes les 10 régions. Il serait bon d’ériger cette activité en projet ou programme », espère Dr Laure MENGUENE.
L’initiative fait déjà des émules. Il y a quelques semaines, le maire de la ville de Douala a conduit une équipe de cette municipalité à l’hôtel de ville de Yaoundé pour s’imprégner de cette expérience en vue de sa mise en œuvre dans la capitale économique du Cameroun. « Avec la multiplicité des PAMMES errants à Douala, il nous a paru nécessaire de venir à Yaoundé qui a une longueur d’avance dans la prise en charge de ces malades pour voir comment cela se fait », souligne Roger MBASSA NDINE.


Celcom-RP/CUY

Le maire de la ville loge au carrefour Warda une compagnie pour étudiants et élèves

Première du genre dans la ville de Yaoundé, la Compagnie pour étudiants et élèves a été inaugurée le 2 mars dernier. Construit par la Communauté urbaine de Yaoundé (CUY), l’édifice a été rétrocédé à la Délégation générale à la Sûreté nationale. C’était au cours de la cérémonie au cours de laquelle prenait part Martin Mbarga Nguele, directeur général à la sûreté nationale, bénéficiaire du geste du maire Messi Atangana Luc.
Construit en moins d’un an, le bâtiment abritant la compagnie pour étudiants et élèves est situé au carrefour Warda, au sein du Bois Saint-Anastasie. Bâti sur le modèle R+1, l’édifice compte six bureaux, quatre salles d’eau et des cellules.
Son emplacement stratégique à ce carrefour de la ville tient de sa proximité avec les établissements scolaires et universitaires, mais aussi, de sa proximité avec le Palais polyvalent des sports et le quartier Briqueterie, des lieux souvent sujets à des actes d’insécurité.

C’est donc tout heureux que le DGSN a reçu le bâtiment. « Vous ne pouvez pas imaginer l’importance de cette initiative spontanée et personnelle de votre part. Merci beaucoup, puissiez-vous persévérer dans ces initiatives qui répondent à nos besoins », a déclaré Martin Mbarga Nguele.

C’était en effet le cinquième bâtiment du genre que le maire rétrocède à la DGSN, depuis son arrivée à la tête de la ville en mars 2020. « Cet édifice que la mairie de la ville a construit fait partie des missions d’un maire. Le maire est chargé de l’amélioration des conditions de vie et du cadre de vie des populations. Parmi les éléments qui entrent dans les conditions de vie des populations, il y a la sûreté, la tranquillité et la sécurité. C’est dans cette optique que j’ai cru utile de devoir contribuer à l’amélioration des conditions de travail des agents de sécurité qui œuvrent à cette sécurité », a rappelé le maire.
Si cette fois il s’agissait d’une compagnie spécialisée, bien avant, le maire a rétrocédé quatre postes de Police de type R+1 à la DGSN. Chacun d’eux est situé au carrefour Bastos, à Olezoa, à Ekounou, à Coron et au quartier Tsinga.

Canicha Djakba

Yaoundé III: le bitumage de la voie d’accès à Nkolguié lancé

Le maire de la ville de Yaoundé a procédé au lancement des travaux de construction de cette voie d’accès le 24 février dernier, à Nsimeyong. Longue de 300 m pour une largeur de 5 m, la route en construction devra être livrée d’ici six mois, délais d’exécution fixé à l’entreprise adjudicataire, BTP Cameroun. Le tracé actuel de la route n’étant que de 4,3 m, il est prévu des casses le long du linéaire pour lui permettre d’atteindre les 5m de large escomptés. Selon le maire de la ville, Atangana Messi Luc, par ailleurs maitre d’ouvrage du chantier, les travaux sur cet axe, de plus en plus sollicité par les habitants de Nsimeyong 3, permettront de désenclaver le quartier Nkolguié, en améliorant non seulement les voies d’accès vers le quartier, mais aussi le cadre de vie de ses habitants. Pour ce faire, des aménagements connexes à la route sont aussi prévus, tels que la construction des caniveaux pour le passage des eaux usées.

En plus de la route, le maire s’apprête à lancer la construction du marché moderne d’Ebong, à quelques centaines de mètres de Nkolguié.  « La maquette existe déjà et va nous permettre de libérer le rond-point Damas, et les commerçants qui s’y trouvent seront recasés », a annoncé Messi Atangana Luc.
Ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’un vaste plan d’actions conçu par le maire de la ville et adopté par le conseil municipal. Il prévoit notamment un ensemble de travaux d’aménagement de la voirie de la ville et de son assainissement.

« Nous avons des projets plus lourds. Le carrefour Mvan sera doté d’un échangeur, de même que les carrefours Elig- Edzoa, Elig-Effa. D’autres aménagements à ma charge sont également prévus », a- t-il précisé.
Le volet lutte contre le désordre urbain de ce plan prévoit, très prochainement, des décentes répressives. « Depuis mon arrivé à la tête de la mairie, j’ai passé deux ans à sensibiliser les populations contre le désordre urbain. Je ne vais plus parler, ce sont des mesures correctives et des sanctions qui s’en suivront très prochainement. Nous allons notamment nous attaquer à l’occupation anarchique du sol dans la cité capitale.

Canicha Djakba

Le ‘’Monument patriote’’ bientôt dévoilé au grand public

Monument patriote. C’est ainsi que s’appellera l’édifice public en cours de réalisation au lieu-dit rond-point des services du Premier ministre qui dévoilera ses charmes au grand public avec la fin des travaux annoncée pour les tout prochains jours. Ce nom de baptême a été adopté à l’unanimité par les conseillers au cours d’une session extraordinaire du Conseil de Communauté tenue le 29 décembre 2021 à l’Hôtel de ville de Yaoundé.
« Le site sur lequel cet ouvrage est réalisé a, jusqu’à présent, des dénominations informelles découlant de sa localisation géographique : ‘’Rond-point des Services du Premier ministre’’ pour certains, ‘’Rond-point Hilton’’ pour d’autres », justifie le Maire de la ville, Luc Messi Atangana. Il était donc opportun voire nécessaire, poursuit-il, que le Conseil de Communauté urbaine donne officiellement un nom au monument conformément à la loi du 24 décembre 2019 portant Code général des Collectivités territoriales décentralisées.
« En dehors de ses composantes esthétiques, qui visent l’embellissement de sa zone d’implantation, l’ouvrage en question comporte des caractéristiques et des symboles cadrant aussi bien avec nos préoccupations contextuelles que notre vécu quotidien, socio-culturel ou sportif. Toutes choses qui sont de nature à inspirer une dénomination significative, interpellative et suggestive », explique le Maire de la ville.
A. Stéphanie HELES

Yaoundé se dote de 250 nouveaux mobiliers urbains multifonctionnels

Le Maire de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana, a inauguré 250 nouveaux mobiliers urbains le 16 décembre 2021 à l’esplanade de l’Hôtel de ville. Ce qui, avec les 120 premiers mobiliers urbains déjà disposés à divers endroits de la capitale, porte à 370 le nombre de ces kiosques multifonctionnels modernes appartenant à la Communauté urbaine de Yaoundé. D’après le Maire de la Ville, il s’agit, à terme, de doter la cité-capitale au total de 700 mobiliers urbains.
Ce projet, d’un coût de 5 milliards FCFA et réalisé en partenariat public-privé (PPP) avec l’entreprise Accent Media, est né du constat de l’existence d’une multitude de kiosques de couleurs et de formes différentes, qui contribuaient à donner un visage moins reluisant à la ville. Le nouveau modèle de mobilier urbain est uniforme. Son adoption traduit la volonté du maire de la ville de lutter contre le désordre urbain et son engagement à accompagner sa mise en œuvre complète.
Cet accompagnement se fera à travers le démantèlement de tous les anciens kiosques et l’installation des nouveaux mobiliers. Ce d’autant plus que le projet a bénéficié de l’encadrement du Conseil d’appui à la réalisation des contrats de partenariat (Carpa) et reçu l’onction des plus hautes autorités de l’Etat, en l’occurrence le Premier ministre, chef du gouvernement. « Il va donc de soi que le projet d’installation des nouveaux mobiliers urbains est un choix de l’Etat », a souligné le Maire de la ville.
D’après Jacques Ndjamba, le président directeur général d’Accent Média, ce projet crée 2000 espaces de travail, 3000 emplois et 7000 m2 d’espace d’affichage publicitaire.
A. Stéphanie HELES

Yaounde City Council inaugurates 250 multipurpose kiosks

The Yaounde City Council has commissioned some 250 new multipurpose kiosks as part of its ongoing fight against urban disorder. This was at a ceremony today, December 16, chaired by the Mayor, Luc Messi Atangana.

Inaugurating the project, the City Mayor said it “… was born out of an observation: that of the existence of a multitude of kiosks of different colours and shapes, which do not contribute to giving a shining image of our city.”

“After identifying the preferred partner, Access Media in this case, it was necessary to adapt our collaboration to the requirements of public-private partnership contracts,” he added. The recently inaugurated structures, he instructed, should be set up and operational before the African Cup of Nations in January.

Accent Media CEO, Jacques Ndjamba on his part, said it was a pride to accompany the city of Yaounde in its drive for order and employment.  

 “Accent Media has already made available 300 kiosks and envisages adding up this number to 700 in the weeks ahead,” he revealed. The project is to cost 5 billion FCFA.

The maturing process of this project thus benefited from the supervision of the Council Support for the realization of partnership contracts, CARPA. Functioning on a build-operate-transfer model, the structures remain the property of the City Council.

Giyo Ndzi

Follow by Email
YouTube
Instagram