Vous êtes ici

Histoires et Cultures

Le nom Yaoundé, la capitale politique du Cameroun tel que nous le prononçons aujourd’hui à connu plusieurs appellations, d’abord celles données par les Autochtones, puis les Allemands et enfin les Français. Bien avant l’arrivée des premiers blancs, l’actuel Yaoundé est une forêt où vivent les populations autochtones qu’on appelle Ewondo. Mais rappelons déjà que lorsqu’on parle de l’ethnie Ewondo, celle-ci fait partie d’un sous-ensemble de la grande famille Béti be Kóló. Dans celui-ci on rencontre les lignages : Mvog Atangana Mballa, Mvog Fouda Mballa, Mvog Tsoungui Mballa,Mvog Atemengue, Mvog Betsi, Mvog Mbi, et Mvog Ada Mengue. Chaque famille est sous la direction d’ un chef, c’est ainsi que le premier nom de Yaoundé est « Epsum» c’est-à-dire, chez «Essomba», ou encore « N’tsonun» chez «Essono Éla ».

L’arrivée des Allemands. Après la signature du protectorat, le 14 juillet 1884, l’ancien Cameroon town devient un territoire Allemand, et porte dorénavant le nom de Kamerun. L’administration allemande pressée d’etendre sa présence, va organiser deux expéditions vers l’hinterland de la côte camerounaise. Pendant que l’expédition sous le commandement d’Eugen Zintgraff se dirige dans le nord-ouest, celle des lieutenants Richard Kund et Tappenbeck Hans se rend à Kribi pour ensuite pouvoir contourner la zone d’influence des peuples Sawa par l’Est. Pour finalement arriver au pays Ewondo.

L’histoire raconte que, lorsque les premières troupes allemandes conduites par Richard Kund et Hans Tappenbeck arrivent en 1888, après avoir parcouru 250 km de distance a travers la forêt équatoriale pendant près de deux semaines, ils croisent les populations qui sont dans les champs. Curieux de savoir qui ils sont, ces derniers vont se présenter en disant qu’ils sont « Mia Wondo »,c’est-à-dire les semeurs d’arachides. Mais seulement les porteurs originaires de Batanga et employés par Kund et Tappenbeck auraient mal traduit ou interprété cette expression par « jewondo »ou « Yewondo », les Allemands vont retenir Jaunde, qui va devenir plus tard yaunde.

Avec l’arrivée de la deuxième troupe allemande conduite par Kurt Morgen et Georges vu que le passage de la première troupe a laissé un mauvais souvenir aux populations autochtones. Cette négociation est facilitée par la présence d’un certain Mebenga Mebono, plus connu sous le nom de Martin Paul Samba, qui officie en tant que soldat de l’armée allemande et aussi comme guide. Au départ les Allemands vont en faire un poste scientifique, puis il va devenir un poste militaire très stratégique devant leur permettre d’étendre leur présence dans le Kamerun profond. C’est ainsi qu’ils vont appeler cette base militaire «Yaunde station» qui signifie station de Yaoundé , le 30 novembre 1889.

Quant a l’origine d’Ongola, les avis sont partagés. Il y a ceux qui pensent que ce vocable viendrait de la base militaire construite par les Allemands, Ongola, nom donné par les populations Ewondo signifie la clôture. Mais d’autres personnes pensent que ce vocable viendrait plutôt, d’une barrière qu’Essono Ela aurait construit pour combattre les premières troupes allemandes qui sont arrivées sur ses terres.

L’expansion allemande qui connaît un franc succès, va s’arrêter net lorsque va débuter la Première Guerre mondiale (1914-1918), ce qui va créer un désordre dans tous les territoires occupés par les Allemands. En 1916 après la défaite des Allemands, la société des nations décide de mettre le Kamerun sous mandat de la France. C’est ainsi que l’administration française, en parcourant les documents laissés par les Allemands, il constate que, économiquement la ville laissée par les Allemands a déjà un potentiel et une renommée économique, c’est ainsi qu’il change «Yaunde station» en Yaoundé , qui va devenir la capitale politique du Cameroun.